Interactions et rétroactions entre dimensions matérielle et immatérielle de systèmes communs de ressources spatialisés, une lecture par l’écologie territoriale

Le  4 avril 2019

Cet article relate un travail, étayé par les exemples relatifs à la création de richesses à Aussois, qui indique que l’agir commun est susceptible d’accroître le potentiel productif d’un territoire, mais que son lien avec la capabilité territoriale n’est pas automatique

Résumé

L’écologie territoriale offre l’opportunité de mieux appréhender les dimensions matérielle et immatérielle du territoire. À travers une approche originale du métabolisme territorial décliné sur le système agricole d’Aussois (Savoie), nous mettons en évidence les interactions et rétroactions qui participent de la création d’une richesse territoriale à l’interface entre ces deux dimensions. Nous discutons de l’apport de la notion d’« agir commun », pour approfondir la compréhension de ces processus. Nous soutenons que l’articulation entre ces deux dimensions se joue fondamentalement dans cet « agir commun », par la capacité des acteurs à convertir une ressource matérielle en richesse immatérielle, mais que ce n’est qu’à certaines conditions que cela participe à la montée en puissance d’une capabilité territoriale.

Citation : Nicolas Buclet et Juliette Cerceau, « Interactions et rétroactions entre dimensions matérielle et immatérielle de systèmes communs de ressources spatialisés, une lecture par l’écologie territoriale », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 10, n°1 | Avril 2019, mis en ligne le 04 avril 2019
 



Publié le 11 juin 2019