Spiegelberger, Thomas

Impact du changement climatique et de l'utilisation des sols sur les interactions plantes-sols et ses conséquences sur la résilience des prairies de montagne.
Directeur de recherche
Thomas Spiegelberger est directeur de recherche à Irstea (Institut national de recherche en science et technologie pour l'environnement et l'agriculture) et s'intéresse à l'impact du changement climatique et de l'utilisation des sols sur les interactions plantes-sols et ses conséquences sur la résilience des prairies de montagne. Il est directeur adjoint du LESSEM (Laboratoire des écosystèmes et sociétés de montagne) à Irstea Grenoble. Le LESSEM, laboratoire pluridisciplinaire travaillant dans les sciences sociales et humaines, l'écologie et la foresterie, vise à répondre à la nécessité de mieux comprendre la relation entre l'Homme et la Nature. Par conséquent, en travaillant d'une part sur la recherche sur les écosystèmes et d'autre part sur la dynamique humaine, notre objectif est de mieux comprendre et analyser les changements et les évolutions aux interfaces entre l'Homme et la Nature. La production de connaissances scientifiques, mais aussi l'appui à la prise de décision publique, sont nos principaux objectifs.
Initialement formé en écologie végétale et aux interactions plante-sol, Thomas s'intéresse de plus en plus aux interactions entre Homme et Nature. Pour cela, il utilise des approches observationnelles et expérimentales et collabore avec des modélisateurs pour comprendre les changements du Moyen Age à nos jours afin d'anticiper les futurs changements sur les prairies et les pâturages boisés sous stress environnemental et les conséquences sur leur stabilité.
Depuis 2010, Thomas Spiegelberger est codirecteur de la Zone Atelier Alpes (ZAA) labellisée par le CNRS (LTSER "ZA Alpes") qui observe les interactions couplées entre ressources, biodiversité, services écosystémiques d’un côté et les sociétés humaines d'un autre côté. La ZAA regroupe actuellement environ 70 chercheurs de 6 unités de recherche. Une spécificité de la ZAA est la réalisation de travaux de recherche en étroite collaboration avec les gestionnaires du territoire. Trois parcs nationaux, cinq parcs naturels régionaux et des conservatoires (CEN74, CBNA) et l’association CREA Mont-Blanc font partie de la ZAA et sont également représentés au comité de pilotage de la ZAA.

Publié le 17 mai 2019